Le mythe du progrès artistique : Étude critique d'un concept fondateur du discours sur l'art depuis la Renaissance

Le mythe du progrès artistique : Étude critique d'un concept fondateur du discours sur l'art depuis la Renaissance

Olga Hazan

Language: French

Pages: 475

ISBN: 2:00299251

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


« Très largement véhiculées par les spécialistes de la production artistique passée ou contemporaine, les notions de progrès et de déclin artistiques n'avaient pas encore fait l'objet d'une étude historiographique aussi détaillée et approfondie. Ce livre est une contribution particulièrement importante pour la discipline de l'histoire de l'art. »

Marie Carani, Université Laval

« Dans cette importante étude, Olga Hazan analyse une des caractéristiques dominantes du discours de l'histoire de l'art : son obsession du récit sous forme de développement téléologique. »

Keith Moxey, Columbia University

« L'étude exceptionnelle d'Olga Hazan est une investigation remarquablement perspicace sur un sujet fondamental en histoire de l'art. C'est le meilleur guide contemporain à traiter d'une question troublante de la discipline. »

Donald Preziosi, UCLA, Los Angeles

« Hazan nous offre une critique du discours de l'histoire de l'art qui doit être prise en compte par tout chercheur sérieux. »

Catherine M. Soussloff, University of California, Santa Cruz

Finaliste, prix du Gouverneur général du Canada, 2000

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rules, sharing thé qualities of a maze, of a rug pattern, and even of certain non-objective paintings. More than any other single object, it sums up thé essence of Islamic art. » Janson, 311. 194 / LE MYTHE DU PROGRÈS ARTISTIQUE ténèbres, l'art carolingien et l'art ottonien) ; l'art roman (architecture, sculpture, peinture et métaux) et l'art gothique (architecture, sculpture et peinture). Le chapitre sur l'âge des ténèbres, le plus caractéristique par rapport aux aspects qui nous concernent,

fréquemment des critères d'évaluation esthétique ou marchande au développement de l'histoire, leur discipline est sans doute celle des sciences humaines qui se prête le plus facilement à l'utilisation de la notion de progrès. De plus, comme l'histoire de l'art se trouve au carrefour de divers champs, tels l'anthropologie, l'archéologie, l'histoire, la sociologie, la philosophie, la psychologie ou la sémiologie, les historiens de l'art sont portés à vouloir établir des paramètres qui les

une littérature monographique plus théorique. Dans cette veine, les ouvrages de Riegl et de Wôlfflin présentaient l'histoire de l'art, selon les besoins de cette jeune discipline, en en faisant ressortir le caractère autonome et objectif comme pour justifier sa présence en cadre institutionnel. Riegl et Wôlfflin s'attachaient ainsi à faire apparaître un développement stylistique autonome (notion de Kunstwollen) ou ayant peu à voir avec le contexte de l'époque, présenté d'ailleurs de manière

politique » font que de nos jours, chaque lecteur demande à être représenté individuellement dans le survol, car c'est par un mouvement à la fois libérateur et réactionnaire que l'on cherche aujourd'hui, au nom de l'identification et de l'autoréférence, à ouvrir les portes à la diversité. les problèmes Les survols historiques, manuels conçus pour une clientèle universitaire, s'adressent généralement à des adeptes fraîchement initiés auxquels ils prétendent présenter l'histoire mondiale de l'art.

chronologiques du monde de l'art, en termes de continuum intelligible, sont l'affaire du survol, et le survol a depuis longtemps prouvé sa valeur pédagogique. (Tansey, de la Croix et Kirkpatrick, 1991, vi) Nous avons pu constater, en comparant les tables des matières et les préfaces des diverses éditions de Art through thé Ages, que, contrairement à ce que prétendent les éditeurs, il est difficile de réduire les diverses tendances de la discipline à deux approches, l'une traditionnelle et l'autre

Download sample

Download

Related posts